Témoignage…

D’abord, ce qui me plaît dans l’enseignement de l’IFY, et qui relève de l’essence même du yoga, tient dans la combinaison entre le corps et l’esprit, cette présence à la fois hors du monde et du temps et dans le monde et le temps. L’expérience que j’ai découverte en exerçant, c’est-à-dire ne pas « faire de la gymnastique », mais se concentrer sur ce qui est à l’œuvre en pratiquant une gestuelle contrôlée, porter son attention sur ce qui se produit dans le ressenti de soi et des autres, est une source de clairvoyance. Et ces thématiques de réflexion sur nos vies qui sont proposées se mettent au service d’un « recul engagé » fécond.

Ce travail de discernement auquel nous sommes invités permet de se situer ou re-situer, voire de « restituer » à notre environnement ce qu’on y puise, dans un équilibre qui s’invente à l’appui des supports mis à disposition : bien sûr un lieu, des points d’appui physiques, quelques outils, et cette salle de rez-de-chaussée ouverte sur la rue, qui bruit de la ville, du ramassage de ses poubelles, comme du babil des passants… voire de leur chant.
Le travail sur la respiration qui nous relie de façon essentielle au cœur de notre corps, l’aspiration s’entendant au double sens du souffle de vie, et de notre envie, est une découverte inépuisable.

L’étrangeté des symboles et repères, de cette langue étrangère où les voyelles a et i l’emportent sur les e de la langue française attise la curiosité, même si notre mémoire résiste… et si l’ésotérisme confine parfois à une sorte de pensée magique.
Cette musique se complète des mantras et autres exercices vocaux où nos voix se conjuguent avec la quête du souffle juste. Il se crée parfois une atmosphère discrète de danse avec le groupe.

Quant à pratiquer en dehors des orientations stimulantes du professeur, j’ai sans doute encore du chemin à faire, et je ne suis pas sûr de produire l’effort, car il y en a un, sans quelqu’un qui sollicite sans relâche le geste et la pensée appropriés.

L’élève s’élève comme explorateur de chemins improbables…

Michel

 

Photo credit : Foter.com